logo-impression
  • Posté le 7 juin 2019 / 103 visites

24 juin 2019 : Projet de loi de transformation de la Fonction Publique : quel avenir pour les cadres et professions techniciennes et intermédiaires ?

Pourquoi cette journée du 24 juin ?

En s’attaquant au statut de la fonction publique, le gouvernement renonce à un modèle de société fondé sur une intervention publique forte au service de l’intérêt général et du progrès social. La généralisation de la précarité et de l’individualisation des carrières et rémunérations vise à mettre l’encadrement au pas pour imposer le New Public Management. Pris en étau entre les injonctions politiques et économiques fixées par le pouvoir, l’encadrement sera sommé de gérer le service public comme une entreprise. Sans garantie statutaire, les salarié.e.s en responsabilité devront choisir entre se soumettre ou se démettre, au détriment de leur éthique professionnelle et de leur mission d’intérêt général.

L’Ugict-CGT et la CGT fonction publique et les unions fédérales spécifiques proposent une journée d’étude pour faire le point sur les principaux impacts des réformes en cours et donner les outils de compréhension nécessaires à la mobilisation des cadres et professions intermédiaires.

Cette journée est ouverte à tous et toutes sur inscription

Le déroulé de la journée

9h30 : Accueil

10h00 : Ouverture de la journée par Natacha Pommet, secrétaire nationale de la fédération des services publics

10h15 : Table Ronde 1 : Quelle fonction publique pour quel service public ? Peut-on gérer le service public comme une entreprise ?

La loi en préparation ne serait-elle qu’une boîte à outils préparant un plan social inédit dans la fonction publique ? Derrière le discours du gouvernement sur la modernisation la fonction publique se cache l’application dogmatique du « new public management ». L’idée est bien de mettre les agent.e.s sous pression, de fragiliser leur statut, de les mettre en concurrence pour mieux poursuivre la politique d’austérité qui remet en cause l’exercice des missions publiques.
Gilles Oberrieder, CGT Fonction publique d’Etat (UFSE-CGT)
Gilles Jeannot, chercheur au CNRS et directeur de recherche à l’école des Ponts Paris Tech
Une administratrice CGT de la SNCF
Convergences services publics (sous réserve)
Animation : Thomas Deregnaucourt (copilote du collectif UGICT fonction publique, CGT Santé et action sociale)

12h15 : Repas sur place

13h30 : Table Ronde 2 : Haute fonction publique : vers une reprise en main par le pouvoir politique ?

Que cachent la suppression de l’ENA et la refonte des formations de fonctionnaires ? Au nom de la défense de la diversité sociale, ne doit-on pas voir le retour en force de l’arbitraire et des pratiques de nominations discrétionnaires par le pouvoir politique ?

Animation, Estelle Piernas (copilote du collectif UGICT Fonction publique, CGT Fonction publique d’Etat (UFSE-CGT))
Jan Martin, Administrateur CGT de l’ENA
Richard Gurz (Administrateur CGT de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, directeur d’hôpital)
Jean Michel Delaye (intervenant à l’Institut National des Etudes Territoriales (INET), secrétaire général du syndicat du Centre National de la Fonction Publique territoriale (CNFPT))

15h15 : table ronde 3 : Quelles missions publiques et quelle fonction publique pour répondre aux enjeux du 21e siècle ? Quel management pour garantir l’intérêt général ?

Dépendance, santé, numérique, environnement… autant de défis sociétaux qui rendent indispensable une fonction publique revitalisée, attractive, qui reconnaît les qualifications et l’engagement de l’ensemble des agent.e.s. Quel management mettre en place pour gagner des services publics qui répondent aux besoins des populations ?
Anicet Le Pors, ancien Ministre
Sophie Binet, cosecrétaire générale de l’UGICT-CGT
Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’UFSE-CGT

Quand ?
24 juin 2019

Par qui ?
Les Fédérations CGT des 3 versants de la Fonction Publique, l’Ugict, l’UFICT Services Publics, et l’UFMICT

Où ?
CIG petite couronne
Avenue Jean Olive, 93698, Pantin
Salle Caravelle Auditorium.

Comment ?
Inscription en ligne via ce formulaire
Une autorisation d’absence peut être demandée par nos adhérents.