logo-impression
  • Posté le 13 novembre 2018 / 52 visites

Contact Novembre 2018

Sommaire :

  • Les fonctionnaires dans le collimateur
  • Café syndical du 25 octobre : la réforme Macron des retraites
  • Gagner l’égalité professionnelle
  • Pôle "3E" des DiRRECTE et DGE
  • Réorganisation du Secrétariat général

Edito

LES FONCTIONNAIRES DANS LE COLLIMATEUR !
La fonction publique subit de nombreuses attaques depuis 2018 : gel du point d’indice renouvelé pour 2019, réintroduction du jour de carence, mauvaise compensation de la CSG, suppressions de postes … et les choses ne vont pas
en s’améliorant. En effet, le Premier ministre vient de confirmer une attaque d’une ampleur inédite contre le statut général.
Les comités techniques seraient fusionnés avec les comités hygiène, sécurité et conditions de travail, les compétences des commissions administratives paritaires seraient réduites, l’objectif du gouvernement étant d’affaiblir, sinon de casser, les moyens des représentants des personnels.
La fonction publique compte déjà 900 000 agents non titulaires, soit 20 % de l’effectif, majoritairement en contrats courts, parfois renouvelés jusqu’à six ans. Le gouvernement refuse le plan de titularisation demandé par les organisations syndicales et prévoit au contraire la généralisation des contrats de droit privé au détriment du recrutement par concours. C’est la porte ouverte à la précarité et à la remise en cause de la neutralité et de l’impartialité attendue des agents de l’Etat.
Concernant la rémunération, le gouvernement prévoit la suppression de la valeur du point, unificateur du salaire dans la fonction publique, au bénéfice d’une individualisation au mérite. Les critères retenus, calqués sur ceux du secteur marchand, ouvrent la voie au clientélisme.
Enfin, le gouvernement prépare un arsenal destiné à accompagner 120 000 suppressions d’emplois annoncées.
Loin de la mobilité choisie demandée par les agents à laquelle la CGT est favorable, il s’agit ici une mobilité imposée sur laquelle les agents n’auront aucune prise, comprenant notamment les fameux « plans de départ volontaires ».
Ces mesures sont inacceptables et la CGT mettra tout en œuvre pour faire connaître ses propositions alternatives : la valeur du point comme élément essentiel du pouvoir d’achat, des déroulements de carrière et des conditions de travail revalorisés et améliorés, une fonction publique porteuse de progrès social pour tous. Elle défendra un Statut général renforcé et rénové, seule garantie d’agents publics neutres et impartiaux dans l’exercice de leurs missions.
Dans ces conditions, pour nos élections professionnelles, il est vraiment nécessaire de VOTER CGT POUR ENVOYER UN MESSAGE FORT AU GOUVERNEMENT SUR SES PROJETS DE REGRESSION SOCIALE

Documents joints à l'article :