logo-impression
  • Posté le 21 octobre 2021 / 207 visites

Compte-rendu du GT du 6 octobre 2021 : projet stratégique du SG du MEFR baptisé « ambition SG »

Ce GT a été rendu nécessaire après un premier examen du projet lors du CTAC de juillet où l’ensemble des organisations syndicales (OS) avait exprimé de fortes réserves. La SG est donc venue présenter et défendre son projet.

Alors que le SG, fort aujourd’hui de 2400 agents, a fêté en 2020 ses 20 ans, la SG a rappelé que ce projet « ambition SG » (nom choisi de manière collective par les agents), consistait à « renforcer la valeur ajoutée du SG en capitalisant sur les acquis tout en intégrant les attentes des agents du SG ». Outre ses attributions fixées par décret du 24 juillet 2014, la SG a rappelé son rôle de relais des politiques ministérielles, son importance au sein du MEFR au sens de l’innovation et les enjeux numériques d’une part et d’autre part ceux de la stratégie immobilière dont il doit s’acquitter.
En parallèle de ces missions, l’administration a indiqué « avoir pris la mesure de l’attente des agents et de la nécessité d’améliorer le sentiment de fierté d’appartenance au SG ». Les agents ont tout lieu d’être fiers de leurs missions et de leur travail.
Cependant, deux filières nécessitent une réorganisation : le numérique et l’immobilier.

Les OS ont néanmoins rappelé leur hostilité à ce projet qui ne leur parait pas pertinent, en particulier dans le contexte actuel ou les agents sont en flux tendus, fatigués et n’ont pas besoin d’instabilité ni de tensions nouvelles.

De manière détaillée, la CGT a motivé son opposition sur le fond et la forme du projet : manque de lisibilité concrète de ce projet, démarche dite participative qui laisse de côté des agents ; politique d’offre de services de cette réforme qui induit réorganisations mais aussi externalisations ; contractualisations et extension du mode projet qui a montré malheureusement ses limites à la DGE mais aussi absence de garantie sur les effectifs.

Une mission semble absente de la réflexion, celle de la conduite du dialogue social. Est-ce à dire qu’elle n’est pas prise en compte car négligée ou bien considère-t-on que tout va bien ? La mise à l’écart des OS du projet pose quand même question.

Plutôt que de parler de « performance humaine et sociale », la CGT préfère parler de meilleures conditions de travail ou de reconnaissance du travail accompli, car la « qualité de vie » mise en avant par la SG quoi qu’elle en fasse est d’abord celle de la vie au travail et elle en a la responsabilité concrète en tant qu’employeur.

Pour autant la CGT a rappelé que des axes d’amélioration existaient par exemple, d’augmenter les effectifs, de faire respecter l’égalité professionnelle y compris sur les rémunérations et de revaloriser les traitements.
La gestion des primes COVID de fin 2020 reste en mémoire des agents, une gestion qui a laissé de côté des agents notamment techniques indispensables à la bonne marche des services qui n’avaient « fait que leur travail «  !

Par ailleurs, le traitement des demandes de télétravail par certains services aboutissant à des procédés d’intimidation est assez éloigné de la bienveillance affichée dans les propos introductifs. La CGT alerte la SG sur ce qui apparait comme bien éloigné de l’accord télétravail.

L’axe du projet visant à placer l’usager au centre de l’action du SG nous semble pertinent quand il s’agit de mettre en place des critères transparents et permettre un accès équitable : la CGT fait et a fait trop souvent les frais de discriminations (locaux, mise à disposition de matériels…)

La CGT a rappelé qu’elle est tout à fait favorable à la nécessité d’un accompagnement managérial et a aussi proposé aux managers et cadres éprouvant le besoin de club d’entraide de rejoindre un club qui fonctionne bien depuis plus de 50 ans, l’UGICT-CGT !

la SG a indiqué, à travers ce projet, que les missions du SG n’étaient pas remises en question, lesquelles s’entendent du « très stratégiques à des missions très opérationnelles ». Le projet consiste aussi à renforcer le lien entre l’opérationnel et le stratégique. Il s’agit d’un projet à long terme sur 3-5 ans qui doit cadrer le processus de contractualisation entre les directions et le SG. Actuellement, se fait jour la difficulté notamment de tenir les délais du fait de la mode de l’immédiateté. Il y a une nécessité d’objectiver certains aspects pour prendre en compte les multiples demandes, d’où l’idée de développer des contrats de service. Selon elle, aucun objectif de réduction d’effectif n’a été fixé, contrairement à des secrétariats généraux d’autres ministères.
Pour traduire dans les faits ce projet, le processus d’accueil des nouveaux arrivants a été identifié, par exemple, comme possédant des axes d’amélioration. Un séminaire du SG sera vraisemblablement organisé par ailleurs.

Ce projet va aboutir dès 2022 avec une réorganisation des services numériques et immobiliers :

• Rapprochement de SAFI-GIM et de SEP2 : l’objectif passe par plus d’agilité et donc par un projet d’engagement de service ;
• Rapprochement de SEP1 et de la DSI : l’émergence des nouvelles dynamiques et problématiques telles que la cyber sécurité et la valorisation de données imposent de piloter cette filière et de clarifier sa visibilité avec la création d’un point d’entrée numérique.

La CGT a rappelé la nécessité de prendre le temps nécessaire à une large concertation avec les agents et pour cela qu’il était nécessaire d’adopter un calendrier cohérent.
Le calendrier du projet nous semble un peu accéléré du fait sans doute des élections qui risquent de modifier les équipes en place comme le montrent la succession de 7 SG au cours des 20 dernières années.

Pour le calendrier, la SG maintient le sien et a rappelé le prochain GT dédié à ce projet le 8 novembre. Le projet sera évoqué aussi dès le lendemain le 9 novembre pour le GT préparatoire au CTAC, puis le 29 novembre lors du CTAC. De nombreux rendez-vous ponctueront l’année 2022.
En tant que dernier point, la SG a rappelé que pour les réorganisations consécutives à ce projet, il n’y aurait pas de republication des fiches de postes.

Malgré la volonté de vulgariser ce projet et les demandes en ce sens des OS, l’explication et la traduction concrètes de ce projet restent tout de même à compléter et à finaliser.

La fiche diffusée en amont de la réunion est disponible en pièce jointe.